Empreinte carbone

L’installation veut amener la réflexion sur le cycle du carbone que notre manière de vivre perturbe de façon  draconienne depuis le début de l’ère industrielle.

La végétation, et principalement les arbres, régularise la concentration atmosphérique de CO₂ de la planète terre. Une grande quantité de carbone est restée emprisonnée durant des millénaires sous des formes fossiles comme le charbon et le pétrole. Nos besoins en énergies ont siphonné ces puits provoquant une libération de ce gaz dans l’atmosphère perturbant ainsi le climat et la production alimentaire : augmentation générale des  températures moyennes, augmentation des fréquences d’événements climatiques: sécheresses, tempêtes violentes, catastrophes environnementales en sont des conséquences reconnues et visibles par tous. Malgré l’apparence de bonnes intentions d’en réduire les émissions et la création de banques de carbone, qui ne font que légitimer les fondements d’un système économique des grandes puissances, les émissions mondiales continuent d’augmenter. Les faits et gestes de chacun comptent dans la balance, mais comment saisir cette matière et notre contribution à son rejet dans l’atmosphère sous forme de gaz puisqu’il est invisible? Comment visualiser par notre moyen d’expression qu’est l’art ce phénomène planétaire.